Entrevue pour le journal de Montréal

Elle masse les chevaux pour améliorer leurs performances

KARIANE BOURASSA

Dimanche, 19 juin 2016 21:22MISE à JOUR Dimanche, 19 juin 2016 21:22

ASCOT CORNER | Les cavaliers sont de plus en plus nombreux à avoir recours à la massothérapie équine pour soigner leurs chevaux et accroître leurs performances.

Un an après la fin de son cours à l’Institut de technologie agroalimentaire de La Pocatière, Marie-Sophie Sylvestre, 25 ans, a déjà massé plus de 300 chevaux. Chaque semaine, elle rencontre de nouveaux clients qui pèsent en moyenne 1000 lb.

Les soins, qu’elle prodigue avec ses mains, permettent, entre autres, d’éliminer la tension chez le cheval et assurent une meilleure circulation sanguine.

«Plus de 90 % des clients voient la différence, surtout chez les professionnels», a assuré la masseuse.

Avec les chevaux en compétition

Marie-Sophie Sylvestre aime travailler avec les chevaux athlètes de haut niveau. Lors des compétitions, elle se rend sur le circuit et masse les chevaux avant et après les épreu­ves pour leur prodiguer de l’énergie et leur permettre de récupérer.

Elle peut traiter entre 5 et 10 chevaux dans une journée, ce qui représente six heures de massage consécutives.

Arme secrète

La cavalière Mélissa Boutin cherchait l’élément qui la hisserait au sommet des classements.

Ses compétitions, qui se déroulent sur plusieurs jours, ressemblent à des triathlons. Les épreuves de dressage, de cross-country et de saut sont très exigeantes pour son animal.

«Ce sont eux qui font le plus gros du travail. Pour se récompenser, les humains, on se paye des traitements de massothérapie et de physiothérapie, alors pourquoi pas nos animaux?» s’est exclamée celle dont le cheval a participé l’an dernier aux jeux panaméricains.

Mme Boutin assure que quand Ellie, sa jument, reçoit ses traitements, elle n’est plus la même. «Après qu’elle a été massée, je la sens plus calme, plus prête à travailler», a-t-elle expliqué.

Mélissa Boutin se sert aussi de la massothérapie équine pour détecter des blessures ou des inconforts chez son animal.

Risque de blessures

Même si elle n’a jamais été blessée, Marie-Sophie Sylvestre avoue que le risque est présent. «Il y a des chevaux qui sont extrêmement stressés. Ils ont parfois des réactions d’impatience. Je garde toujours une distance pour ne pas être blessée s’ils ruent», a-t-elle dit.

Elle offre trois types de massages, soit le «détente», le «sportif» et le «thérapeuti­que». La massothérapie équine est moins exigeante physiquement qu’elle ne le semble.

«Les chevaux sont capables de sentir une mouche sur leur dos. Alors parfois, une simple pression fait toute la différence», a expliqué la masseuse.

  • Black Facebook Icon
  • Black Twitter Icon
  • Black YouTube Icon
  • Black Instagram Icon

© 2020 by Marie-Sophie Sylvestre Massothérapeute Équin